5 itinéraires pour découvrir l’Auvergne

COMMENT CHOISIR SA DESTINATION ET ORGANISER SON VOYAGE ?
24 février 2019
Pourquoi passer ses vacances d’été à la montagne
8 juin 2019

5 itinéraires pour découvrir l’Auvergne

????????????????????????????????????

  1. Le Puy-de-Sancy, par la vallée de Chaudefour

Le Sancy fait un peu office de baron parmi les Puys. Avec le Puy-de-Dôme et le Puy-Mary, dans le Cantal, c’est un des sommets auvergnat à faire absolument. Les moins sportifs peuvent y accèdent sans effort depuis la station du Mont-Dore par le téléphérique. En revanche, ceux que la randonnée n’effraie pas et qui veulent découvrir le Sancy choisiront plutôt une belle boucle d’environ 17 km et près de 1000 mètres de dénivelé qui rejoint le sommet en empruntant la superbe vallée de Chaudefour. Chaudefour et sa spectaculaire Dent de la Rancune, qu’on apercevra au départ de la randonnée, peu après le Pont Saint-Anne. Le parcours qui, via le GR4, suit les crêtes en reliant tour à tour les Puys des Crebasses, puis de Cacadogne jusqu’au col de la Cabane, compte parmi les grands itinéraires de randonnée d’Auvergne ! Au col, un sentier qui traverse le flanc est du Sancy permet de rallier le Pas de l’Ane et de réaliser une boucle vers le sommet. Le retour s’effectue par le Puy Ferrand, le Puy de la Perdrix et le Puy de Champgourdeix avant de redescendre dans la vallée de Chaudefour.

2. Le Puy-de-Dôme

Il ne faut pas repartir d’Auvergne sans être monté au sommet de son Puy le plus emblématique ! Dressé au-dessus de Clermont-Ferrand, le sommet fait la fierté de toute une région. Ce volcan aujourd’hui paisiblement endormi s’atteint soit à pied, par sa face nord ou sud, soit en train à crémaillère. Cette dernière option peut s’envisager pour les moins préparés à l’ascension. On montera alors en train pour redescendre à pied. Pour les plus motivés vous pouvez rallonger la boucle pour enchaîner avec le Puy Pariou, un peu plus au nord. Une option à retenir histoire d’en avoir plein les jambes ! Dans tous les cas, le départ, c’est le col de Ceyssat. On attaque ensuite droit dans le pentu par le sentier des Muletiers qui n’en finit pas de se tortiller sur les pentes méridionales du Puy-de-Dôme. L’arrivée au sommet est libératrice et révèle un panorama à couper le souffle sur l’Auvergne. On redescend au nord via le GR441 avant de boucler par le flanc occidental du Puy via le GR4 qu’on a rejoint au niveau de la Cime de la Plaine. Les moins fatigués donc, pourront en bas de la descente poursuivre au nord jusqu’au Puy Pariou par un agréable chemin qui s’entortille autour du cône pour atteindre ensuite le cratère.

3. Le lac Pavin

Pour le rejoindre, je vous invite à prendre le départ de Besse-en-Chandesse, un village à découvrir, où s’exprime le style architectural sombre de l’Auvergne, forcément créé autour du basalte. Les balises rouges et blanches du GR30 vous conduiront ensuite jusqu’au lac autour duquel il est possible de randonner intégralement. En option, il est possible de prévoir une grimpette jusqu’au sommet du Puy de Montchal qui offre un beau point de vue sur le Pavin et les étendues boisées et humides courant, au sud, vers le lac de Montcineyre et son Puy. Pour le retour, on passera de l’autre côté de la D978 afin d’emprunter un petit sentier accompagnant plus ou moins le cours du ruisseau de la Couze Pavin.

4. Le plateau du Guery 

Niché au-dessus du Mont-Dore et de la Bourboule, encadré par le col et le lac éponymes à l’ouest ainsi que par la barrière formée par le Puy Loup et la Banne d’Ordanche au nord, le plateau de Guéry déploie l’imagerie de carte postale que tout randonneur est en droit d’attendre de l’Auvergne. Le tout au prix d’un effort modéré qui rend cet itinéraire accessible à des randonneurs occasionnels ou aux familles habituées aux petites randonnées en montagne. Car, mine de rien, il y a quand même 510 mètres de dénivelé à parcourir. Au départ du col, on commence par découvrir le lac dans son écrin naturel. A 1268 mètres d’altitude, c’est le plus haut des lacs d’Auvergne. Un joli sentier aménagé sur sa rive ouest mène à une petite cascade avant de jaillir sur le plateau proprement dit. L’espace s’ouvre face à vous, les poumons se remplissent d’air face à cette étendue verte couronnée de puys. 

5. Le Cezallier

Le Cézallier est une planète à part entière, un territoire ondulant où seul le vent est habilité à traverser les frontières librement. Immense zone d’estive, le Cézallier surprend par sa bichromie. D’un côté le vert des prairies à perte de vue, de l’autre l’azur profond du ciel qui les surmonte. Et, au milieu, le randonneur, minuscule, arpentant ces paysages qui confèrent subitement à l’Auvergne un air de Mongolie. Une jolie boucle d’un peu plus de 12 km permet de prendre le pouls de ce territoire à part en usant des variantes et du tracé principal du GR de Pays le parcourant. Au départ de La Godivelle, de ses lacs et de sa réserve naturelle, on met le cap vers le lac de Saint-Alyre. Après avoir rejoint ensuite Jassy, direction le nord par un enchaînement de collines verdoyantes menant à la Motte, théatre annuel d’un grand rassemblement de bétails. Il n’est pas rare, dans ces terres historiques d’estive, de croiser des Salers, ces vaches à la robe rousse et aux cornes en lyre qui servent d’emblèmes au Cézallier. De la Motte, retour à la Godivelle par le GR30 par d’immenses prairies fleuries, selon l’époque, où s’aperçoivent encore quelques burons isolés.